Joey Bada$$ : L’air progressive de Flatbush

Pour commencer, détournez une minute vos regards de ce quartier au nord de Manhattan pour revisiter un autre vivier très actif de la scène Hip Hop de New York : Brooklyn. En effet, la relève de New York se fait sur tous les fronts, avec une énergie et une dynamique si différentes les unes des autres à en faire pâlir de jalousie beaucoup d’autres villes de la division atlantique des États-Unis. De plus, cette relève se veut extrêmement jeune et guidée par des influences et des références bien plus recherchées que l’on croit. C’est le cas du jeune sur la photo ci-dessus qui n’a cessé de m’impressionner ces derniers temps : Joey Bada$$.

Vous avez sûrement dû l’entendre au coté de Casey Veggies et Mac Miller sur le morceau « America » (extrait de Macadelic). Mais pour être honnête, la sauce n’avait pas encore prise (pour ma part). Comme beaucoup d’entre vous, j’avais besoin de me prendre une bonne torgnole pour saisir l’ampleur de la chose. J’ai donc écouté “Survival Tactics”. Et les uppercuts se sont perdus.

En effet, ce morceau a atteint un niveau d’énergie révolutionnaire rarement égalé par les Mc’s de sa génération. Aujourd’hui, les morceaux “bangers” tournent bien en rond, les thématiques se suivent et se ressemblent, sans parler des instrumentaux dont Lex Luger en a le quasi-monopole. “Survival Tactics” est le genre de morceau qui peut faire embraser une foule de manifestants dès la première line digne d’un commandant charismatique : “Niggaz don’t want war, I’m a Martian with an army of spartans”.

Joey Bada$$ – Survival Tactics feat Capital STEEZ

Joey Bad$$ et son groupe Progressive Era sont clairement rangés dans une tradition vieille école du Hip Hop new-yorkais. Ce qui se ressent dans le style d’instrumentaux très jazzy exploités, sur lesquels ils adaptent un flow très “smooth”. Public Enemy, Biggie ou Nas sont leurs principales inspirations dans l’écriture, et quand on parle des producteurs, ce sont les plus emblématiques beatmakers/Dj adeptes de scratch et de sample soul/jazz tels que J Dilla, Statik Selektah ou encore MF Doom. Sa mixtape 1999 a été le résultat de cette démarche artistique, et un profond succès pour le jeune homme âgé seulement de 17 ans.

Joey est animé d’une maturité déconcertante lorsqu’il écrit les morceaux de 1999, “Dans ma tête j’ai 23 ans… Non… J’en ai même pas 23, je dirais que j’en ai 47 (sourire)”. “Hardknock”, par exemple, a été écrit après une discussion entre Cj Fly (membre de Pro Era) “Tout ça a commencé par une discussion à propos des potes en cabane et de fil en aiguille on s’est dit que ce serait cool d’en faire un son”. D’autres titres comme “Righteous”, « Daily Routine », “Waves” sont à mettre dans la même catégorie, c’est à dire des morceaux techniques sur la forme, et un constat réfléchi sur le fond. Une prise de recul conséquente pour un mineur. Cependant certains titres font ressortir un côté puéril, notamment les morceaux “Pennyroyal” qui parle d’une relation de Joey avec l’une de ses ex. Plus drôle qu’autre chose, le morceau à un côté Tyler The Creator sans l’obsession de la fille. Bien sûr, Pro Era est très présent dans l’album.

Joey Bada$$ – Hardknock feat CJ Fly

En productions, Chuck Strangers produit “FromDaTomb$”, “Summer knight”, “Daily Routine”, qui se confondent parfaitement avec les autres prods d’un certain MF Doom, Lord Finesse ou encore J Dilla. Autant dire que ce n’est pas le travail d’un débutant. Pour conclure la mixtape, Joey a eu la très bonne idée d’inviter l’ensemble de la progressive Era sur le dernier son : “Suspect”. Une vraie réunion de famille, on entend Capital STEEZ, CJ Fly, Chuck Strangers, Dyemond Lewis, NYCk Caution, Kirk Knight, Rokamouth ,Tnah Apex, et Dessy Hinds chantonner tous ensemble un refrain à l’égard du “suspect”, pour ensuite, nous dévoiler des couplets assez hétérogènes tour à tour.

C’est d’une carrière à long terme dont il est question avec Joey Bada$$. Refusant de surfer sur la vague pop (éphémère) dont sa génération est trop souvent victime, Joey joue la carte de la longévité par sa philosophie puriste et ses choix musicaux dénués de toute tendance, qui rendent sa musique intemporelle.

Télécharger ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s