Dion Waiters, le cocktail multivitaminé de Cleveland

hi-res-7045108_crop_exact

Après quelques années de galère dans les bas-fonds de la conférence Est, les Cavaliers sont attendus au tournant cette saison. Kyrie Irving entre dans sa troisième année, Anderson Varejao semble épargné par les pépins physiques à répétition, Anthony Bennett, le numéro 1 de la dernière draft, est un joueur prometteur (même si actuellement on parle surtout d’un énorme flop), Jarett Jack est venu pour soutenir Irving à la mène et Cleveland a tenté le pari Andrew Bynum. Blessé depuis deux saisons, un Bynum à 80 % tient tête à 90 % des pivots en NBA. Ça vaut le coup.
Au milieu de tout ce beau monde, Dion Waiters fait son petit trou. Et si toute la franchise couvre d’attention Kyrie Irving, Andrew Bynum et Anthony Bennett, il en est tout autrement pour Waiters qui doit gagner sa place à chaque nouvelle étape de sa très jeune carrière.

121106061609-110512-dion-waiters-cavaliers-clippers-recap-1200x672

Mesurant 1m91, Dion Waiters a la taille pour être meneur. Mais on peut voir très vite dans ses highlights que la passe n’est pas forcément sa priorité. Les options offensives du numéro 3 de Cleveland semblent organisées de la même façon que chez JR Smith, Jamal Crawford, Jason Terry, ou encore Allen Iverson : 1 – shooter; 2 – éliminer mon défenseur et shooter; 3 – foncer dans le tas et shooter.

Dans la plus pure tradition des scoreurs fous, l’arrière des Cavs sait se créer son propre shoot. Shoot, pénétration, step-back jumpshot, la palette offensive de Waiters est conséquente et il sait utiliser sa vitesse et sa petite taille pour s’engouffrer dans les brèches des défenses adverses. Véritable slasheur, il représente le genre de joueurs qu’il faut à tout prix empêcher de prendre feu. Comme il a besoin d’avoir la balle dans les mains pour être efficace et qu’il n’est pas un meneur de jeu dans l’âme, le rôle de 6e homme lui va à merveille. Sortir du banc et être le leader de la 2nd unit, voilà la tâche qui lui est assignée. Toutefois, même s’il paraît impossible d’en faire un meneur, Waiters doit encore développer son jeu de passes tant il peut créer des espaces pour ses coéquipiers en concentrant l’attention des défenseurs adverses lorsqu’il pénètre dans la raquette (ce que Dwyane Wade, toutes proportions gardées, a su faire).

A tout juste 22 ans et dans sa deuxième saison NBA, l’arrière a déjà dû faire taire les critiques plusieurs fois. Les premières critiques sont apparues le soir de sa draft en juin 2012 à la quatrième position par les Cavaliers, et ce à la surprise générale. Pourquoi Cleveland est allé chercher un joueur qui n’a jamais été titulaire une seule fois en NCAA alors que leur priorité était de trouver un arrière titulaire pouvant évoluer aux côtés de Kyrie Irving et que des valeurs sûres comme Damian Lillard, Harrison Barnes, Terrence Ross ou encore Andre Drummond étaient disponibles ? Encore une fois, le choix de la franchise de l’Ohio détonne. Surtout que le General Manager annonce que Waiters sera bien titulaire aux côtés de Kyrie Irving. Gros bémol : Waiters est un arrière plutôt petit donc (1m91), pas forcément très à l’aise en défense (comme Irving) et, là aussi comme Irving, il a besoin de toucher la gonfle pour être efficace.

Pourtant, la saison rookie de l’ex-orangeman sera une réussite. Bien que la complémentarité avec le meneur star Irving soit encore à développer, Dion Waiters finit la saison à 14.7 points de moyenne et prouve là qu’il peut jouer aussi bien en tant que titulaire qu’en sortie de banc. A la fin de la saison, Waiters apparaît comme un joueur faisant partie du plan de reconstruction de la franchise meurtrie par le départ de LeBron James en 2010.

Kyrie-Irving-and-Dion-Waiters

Pendant l’intersaison, aucune recrue d’envergure au poste 2, preuve de la confiance accordée au natif de Philadelphie. Cleveland veut franchir un palier et jouer les playoffs. Le recrutement estival a été de qualité. Pourtant, Cleveland commence très mal la saison avec un triste bilan de 5 victoires pour 12 défaites au 30 novembre. Dans cette spirale de défaites, les joueurs tentent de remettre les choses à plat en organisant une réunion entre eux. Sauf que l’issue n’est pas celle espérée. Les rumeurs font état d’une altercation entre Dion Waiters et Tristan Thompson, le premier reprochant au second et à Kyrie Irving de jouer entre eux sur le terrain. De même, il aurait reproché au staff d’être extrêmement clément avec Irving alors que Waiters se mange remontrances et retour sur le banc de touche en cas de mauvais shoot, mauvaise défense, mauvais placement… Conséquence : Waiters ne joue pas le match suivant et les rumeurs de transferts se multiplient autour de son nom.

Mais là encore, le numéro 3 des Cavs ne va pas baisser les bras et prouver qu’il possède un mental à toute épreuve. En sortie de banc, Waiters apporte toute sa folie d’attaquant et permet à la second unit de Cleveland de laisser souffler les titulaires. Il se permet même une pointe à 30 points contre Atlanta le 6 décembre dernier. Hier, contre Miami, alors que le Heat menait de 14 points, c’est lui qui s’en va slasher avec une facilité déconcertante dans la défense floridienne pour permettre aux siens de revenir dans le match et même de prendre l’avantage un court instant, Miami remportant le match dans le money-time. Cleveland a gagné cinq de ses sept derniers matchs. Waiters s’est réconcilié avec son franchise player et l’optimisme est de rigueur du côté de l’Ohio. S’il doit encore gagner en régularité, nul doute que la carrière de cet attaquant spectaculaire sera à scruter de près…

Statistiques de Dion Waiters : 14,4 pts / match, 3,2 rebonds, 2,4 passes décisives, 1 interception.

3 réponses à “Dion Waiters, le cocktail multivitaminé de Cleveland

  1. Pingback: Damian Money-Time Lillard | Hy¥pe'z Up·

  2. Je lis ce billet avec un peu de retard. Pour moi le problème de Waiters (et de Cleveland) se nomme Kyrie. Ultra talentueux, il est incapable de porter réellement son équipe et semble ne pas vouloir faire grandir son jeu. Waiters s’éclaterait dans bien des franchises

  3. Pingback: Ambiance Playground entre Dion Waiters et Tim Hardaway Jr. | Hy¥pe'z Up·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s