On vous avait dit que les Blazers étaient chauds ?

29906170001_3537568453001_Screen-Shot-2014-05-05-at-8-19-20-AM

Dés octobre, Nicolas Batum nous avait annoncé que Portland serait au rendez-vous des playoffs cette année. La saison commencée, on vous avait vanté la polyvalence de notre Nico national et signalé que Damian Lillard était du genre « burné ». Cinq mois plus tard, force est de constater que l’on a misé sur les bons chevaux (même si avant le début de saison, on était plus sceptique… la faute à StarVelous qui voulait absolument placer ses Lakers dans le Top 8 à l’Ouest*). Pour la première fois depuis 2000, les Blazers vont jouer les demies-finales de conférence.

Je ne dis pas qu’on va être champion NBA mais on va pouvoir marquer les esprits, Nicolas Batum, octobre 2014

 

Pourtant, Portland ne partait pas favori face aux Rockets. Sauf que :

  • LaMarcus Aldridge a martyrisé la raquette des Rockets, bien épaulé par Robin Lopez qui s’est chargé personnellement de Dwight Howard (D12 n’a pourtant pas démérité)
  • James Harden a beaucoup scoré mais Nicolas Batum et surtout Wes Matthews (qui lui a opposé son physique de déménageur) se sont relayés, histoire de ne lui laisser aucun shoot facile et le forcer à défendre
  • Chandler Parsons a eu beau dire qu’il était le meilleur ailier de la série, Nico Batum lui a donné une petite leçon de polyvalence.
  • Et puis surtout, Damian Lillard est venu inscrire ce panier :

Le pire, c’est qu’il a fait ça toute la saison.

Aldridge et Lillard ont marqué leur territoire et les deux joueurs ne sont définitivement plus à prendre à la légère (c’était déjà une erreur de le faire jusqu’à présent, aujourd’hui c’est un crime de lèse-majesté). Surtout, un très beau collectif s’est distingué. Les Blazers forment une équipe dans laquelle chacun connaît son rôle et qui se serrent les coudes quand la pression monte. Portland a joué beaucoup de matchs dans le money-time en saison régulière. L’expérience accumulée leur a bien servi puisque si les joueurs de Terry Stotts ont remporté la série 4-2, chaque match a été un combat de tranchée.

article_batumok

Prochaine étape : les San Antonio Spurs, équipe ô combien plus expérimentée, au banc ô combien plus fourni, au collectif ô combien plus sophistiqué que celui de Houston et à la défense ô combien plus resserrée. Vous l’aurez compris, Portland ne part pas favori. Encore plus que face à Houston, les titulaires de Portland vont devoir jouer à leur meilleur niveau et le banc de touche, le moins utilisé de toute la NBA, devra répondre présent. Il faut bien ça pour entrer encore un peu plus dans la légende. Début des hostilités ce soir.

L’Ours Blanc

*: J’ai aussi osé dire que Denver irait en playoffs. 1 partout StarVelous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s