Logic – Under Pressure (Chronique)

logic-under-pressure-album-cover

A vrai dire, avant la couverture des Freshmen XXL de 2013, je ne connaissais pas Logic. Curieux, j’ai jeté une oreille à quelques morceaux sur Youtube et franchement… je ne comprenais pas la raison d’un tel succès. Mais comme il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis, le mien a basculé à la sortie de sa mixtape Young Sinatra : Welcome To Forever. Des bonnes productions, super flow et quelques perles… sa signature chez Def Jam et les compliments de No ID à son égard me semblaient bien plus logiques d’un coup (t’as capté le jeu de mot un peu?). Sortant des morceaux ici et là, dont le très bon « Driving Ms. Daisy » avec Childish Gambino, mon intérêt n’a cessé de croître jusqu’à la sortie de son album tant attendu : Under Pressure. Ne cherchant qu’à passer un bon moment, je n’espérais pas grand chose de ce long projet. Mais ce qui est beau avec la musique, c’est qu’on n’est jamais au bout de ses surprises. Et surprise il y a eu.

Avant de plancher sérieusement sur l’album, une des choses que l’on remarque c’est qu’elle n’a aucun but commercial ! Pas de titres pour les clubs, des productions mélodieuses poussant son auditeur à la réflexion (à part peut-être Bounce grâce à son beat très punchy) et des lyrics portant sur sa vie, ses problèmes et ses espoirs. D’ailleurs, comme il le dit dans son intro :

 But I’m, not defined by the sales of my first week

Cause in my mind the only way I fail, if my verse weak

Traduction globale : Même s’il espère vendre, son but est de produire un album qui ne sera pas reconnue par la quantité à laquelle il s’est écoulé, mais par sa qualité. Avec ses 70 000 exemplaires vendus la première semaine, il aura en tous cas pris un beau départ des deux côtés. Un deuxième fait très rare dans le rap : Il n’y a AUCUNE collaboration sur la version standard de l’album ! Pour un artiste labellisé Def Jam, cela semble incroyable ! Mais Logic a tellement de choses à nous raconter qu’il est assez difficile de s’ennuyer.

Le leader des Rattpack (son groupe) nous fait suivre différentes étapes de sa vie et de celle de ses proches dans ce projet. Alors que l’intro aborde la joie qu’il a d’avoir accompli son but, d’autres morceaux, plus sombres, viennent s’inviter dans le projet. Notamment le second titre Soul Food qui aborde brièvement tous les sujets du LP en quatre minutes (séparées en deux parties). On retiendra d’ailleurs la punchline assez forte par son esprit contradictoire, logique et conflictuelle :

Yes, I know the flow hotter than Lucifer
Even though heaven sent him

Spit it like Holy water, prophetically repent ’em then we gone

J’ai choisi ces lignes car, même si elles font référence à la puissance de son flow, elles reflètent très bien son personnage : Un jeune homme (croyant) obligé de se débrouiller comme il peut dans un monde ne lui faisant pas de cadeau (l’enfer, donc Lucifer). L’excellent Gang Related appuie encore plus cet esprit : Sur une production sombre est envoûtante, le rappeur décrit dans le premier couplet ce qu’il voyait enfant sans forcément comprendre (deal de crack, mort) et, dans le second, l’histoire de son frère qui participait activement aux guerres de gangs. Et pour accompagner une histoire aussi violente, Logic décide d’arborer un débit aussi rapide qu’une rafale de balles. Le résultat est impressionnant ! Et comment ne pas mentionner Growing Plains III où le rappeur se livre sur les problèmes économiques qu’ont eu sa famille et ce que cela a engendré : Vivre avec des coupons repas (l’équivalent d’avoir à se servir à la Croix Rouge), le stress qui les submergeait ainsi que la drogue qui s’infiltrait chez eux. Logic a vraiment opté pour la carte de la sincérité dans Under Pressure. Un fait rendant le rappeur attachant, d’une certaine manière. Nous n’avons pas à faire à un gangster, simplement à un jeune homme qui a dû subir les aléas de la vie, comme beaucoup. Il est facile de s’identifier à lui ou de le comprendre.

Évidemment, Bobby a aussi eu ses vices. Un en particulier portant le nom de Nikki, présente dans quasiment tous les morceaux. Cependant, nous ne connaissions pas grand chose de la belle avant le titre éponyme Nikki. Alors que Logic nous raconte une amourette à priori passionnelle mais plutôt banale, ce n’est que dans les toutes dernières lignes du morceaux qu’on apprend, à notre grande surprise (du moins la mienne), qui est réellement la belle demoiselle :

Been a slave for ya

I’m a muthafuckin slave for ya

Slave for the nicotine

Nikki,Nikki slave for ya

Une révélation assez perturbante, voire décevante pour certains, mais qui explique d’une très belle et surprenante manière son addiction pour la cigarette dont il abusait au prix de sa santé. La mélodie de ce titre n’est pas la plus plaisante de l’album, mais le message passé est fort. Une chose que je tenais à souligner.

On a pu le voir, Logic a eu la vie dure. Pas forcément par ses actes, mais plutôt par ceux de ses proches. Mais qu’en est-il de sa nouvelle vie ? Le petit Bobby s’est transformé en un honorable MC. Il en est conscient et en parle évidemment beaucoup. Avec tous ses voyages pour les tournées comme il l’explique dans le titre Metropolis, son calendrier d’artiste est chargé. Alors même s’il s’en met pleins les poches, le rappeur du Maryland se doit aussi d’assumer tout ce qui vient avec le succès.

Do you really wanna to be famous?
Do you really wanna be a superstar?
Do you really wanna get dangerous?

Ces lignes interrogatives issues du titre Buried Alive expriment bien la confusion qu’il éprouve au quotidien. Son rêve demande des sacrifices. Même s’il est reconnaissant pour tout ce qu’il vit, comme il le dit dans Never Enough, il en veut toujours plus. Quitte à avoir moins de temps pour ses proches, ce qu’il raconte dans le morceau éponyme de l’album, Under Pressure. Sur une production d’abord lourde et emplie de colère avec sa batterie et ses voix en fond puis douce avec sa guitare, Bobby rappe un message vocal de sa sœur en perte de confiance et un autre de son père qui essaye un peu de profiter de la situation. Des discussions assez personnelles qui lui ont d’ailleurs valu une tentative de procès de la part de son paternel. Mais le jeune homme devait s’exprimer sur ses proches et leur répondre à travers ce très beau morceau.

Conclusion : J’ai adoré. Bonnes productions, des lyrics de bonne facture… Logic nous rappelle à quel point les rappeurs réellement sincères sont rares de nos jours. A part quand ça parle de gun et de coke bien sûr. Logic nous a fait partager des moments très intimes de sa vie, certains inavouables par d’autres personnes préférant renier cette partie de leur existence… Le rappeur n’as pas grandi avec une cuillère en argent dans la bouche et a dû se battre à la régulière avant d’arriver là où il est aujourd’hui. Il le rappelle dans Till The End d’ailleurs. A l’écoute de l’album, beaucoup de personnes se disent (d’après certains échos que j’ai eu) qu’il ressemble beaucoup à ce qu’a fait Kendrick Lamar dans Good Kid Maad City ou J.Cole et peut-être même Drake. A tous ceux là : vous n’avez pas forcément tort. On peut ressentir énormément d’inspiration de ces artistes dans Under Pressure (plus que celles de ses idoles comme Outkast -malgré un sample-, A Tribe Called Quest ou Dilla). Cependant, Il a réussi à ne pas se laisser étouffer par ces autres rappeurs et a sorti un projet qui lui ressemble et ne peut-être reproduit par quiconque. A cet égard, Logic me fait beaucoup penser Rock Lee dans Naruto (dédicace au manga qui fini la semaine prochaine): Tandis que tous le monde à les yeux rivés sur Naruto (Kendrick car il est bosseur et un peu tête brûlé) et Sasuke (Drake car il est, pour beaucoup, prédisposé à un grand succès avec ses talents de chanteur – rappeur), Rock Lee n’a pas de pouvoir spécial. Il n’attire pas grand monde, mais grappille les échelons à force d’entraînement pour se battre face à des ennemis rugueux et aux côtés des plus forts. Un parcours héroïque et semé d’embûches ressemblant beaucoup à celle du leader de Rattpack.  Maintenant, est-ce que notre Rock Lee aura la force nécessaire pour rivaliser avec les leaders de la new school ? Logic est le seul maître de son destin, à lui de prouver qu’il en est digne.

StarVelous

Une réponse à “Logic – Under Pressure (Chronique)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s